Unissant modernisme et folklore, paillettes et tragédie, rigueur et démesure, le Music-Hall représente le côté enchanteur du début du XXème siècle avec certaines de ces plus fascinantes vedettes.
De sa vie de courtisane célèbre pour ses danse exotiques à sa fin tragique en 1917 comme espionne, Mata Hari symbolise l'éclipse de la Belle Epoque.
Joséphine Baker illumina, à partir de 1925, la scène parisienne par ses dances Jazz. Femme généreuse, elle fut aussi décorée de la Légion d'honneur pour sa participation active à la Résistance.
Toutes les meneuses de Revues, chanteuses et danseuses du Music-hall et de la Comédie Musicale avec leur plumes, paillettes et dances swing s'incarnent dans l'extravagante Dolly.
Anna Mae Wong a apporté sa langueur orientale et son jeu subtil aux productions anglaises et américaines de premier plan comme Picadilly (1929) d'E.A. Dupont.
Et dans une apothéose à la Helzapoppin, la géniale chanteuse brésilienne Carmen Miranda exprime, comme Tex Avery, tout le délire baroque du Hollywood des années 40.

Références: Robj, Emaux de Longwy, Dressel & Kister, FW Goebel, Bohne & Sohne.